Les Différentes Conditions À Remplir Pour Exercer Comme Entrepreneur Général

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Chaque domaine d’activité dans le monde a une certaine terminologie. C’est ce qui constitue ce qu’on peut nommer le langage technique d’un domaine, d’une activité. Si on travaille dans le secteur de la médecine, on aura un vocabulaire qui ne sera que très différent de celui d’un individu qui exerce quant à lui dans le domaine de la construction, dans celui de l’ingénierie des bâtiments. Dans la terminologie des bâtiments et travaux publics donc, on parle souvent d’entrepreneur général. Un entrepreneur on le sait, est une personne physique ou morale dont les activités principales consistent à conduire des travaux de construction dans le domaine des bâtiments et des travaux publics. C’est donc à proprement parlé, un technicien spécialiste qui a acquis des diplômes et de l’expérience pour pouvoir travailler sans grandes difficultés. Si comme il a été noté, chaque domaine d’activité dans le monde fonctionne avec une terminologie qui lui est particulière, il faut aussi noter que chaque secteur d’activité répond à des exigences qui sont aussi différentes les unes des autres. Mais au-delà de cet aspect différentiel qui se perçoit dans la sphère linguistique, il y a lieu de signifier que les différents corps de métier sont aussi différents dans leur fonctionnement, selon que l’on est dans un pays ou plutôt dans un autre. Par exemple, un entrepreneur général au Québec ou dans une autre ville du continent nord-américain ne sera pas soumis aux mêmes conditions de travail, aux mêmes exigences fonctionnelles qu’un autre entrepreneur qui travaille dans un pays différent.

En réalité, dans les pays nordiques, et ce, de manière précise dans les villes canadiennes, on ne devient entrepreneur général officiellement reconnu et capable de gagner des marchés de construction de bâtiments que parce qu’on s’est réglementé par rapport à l’ensemble d’exigences qui sont déterminées dans la région. En premier il est admis que, pour recevoir un titre et un diplôme afin de travailler comme entrepreneur, il faut avoir fait des études très approfondies dans le département de la construction, et plus exactement dans le compartiment du génie civil. Cela permet au futur entrepreneur d’avoir une connaissance approfondie des sols, des matériaux avec lesquels il faut travailler et même des normes en vigueur. Or, il faut aussi que ce dernier passe par des cours de la RBQ, soit la régie des bâtiments du Québec. Ces cours donnent ainsi la possibilité à toutes les personnes qui veulent se spécialiser comme entrepreneur, de connaître le type d’exigences qu’il faut suivre lorsqu’on engage les travaux de construction d’un quelconque bâtiment.

On peut en dehors de cela noter qu’une autre exigence fondamentale, et peut-être la plus déterminante à laquelle tout entrepreneur général est contraint de se soumettre, c’est en fait l’exigence du cautionnement de licence. En fait, quand on fait allusion au cautionnement de licence, on parle de cette somme d’argent qui doit être versée par tout entrepreneur, en vue de parvenir à mener ses activités dans la légalité et dans la quiétude. Car, si par impossible cette somme d’argent n’était pas reversée pour protéger le client contre d’éventuels travaux mal faits lors des travaux de construction ou alors lors des travaux de rénovation des domiciles, alors l’entrepreneur n’aurait pas la possibilité de soumissionner pour avoir des marchés de construction qui lui sont donnés. Toutes ces exigences permettent alors aux entrepreneurs dans la région du Québec au Canada de travailler dans la légalité et surtout dans le respect des normes en vigueur dans cette partie du monde. Une fois que toutes ces conditions sont remplies, il est tout à fait normal de voir l’entrepreneur soumissionner et gagner des marchés dans lesquels il travaille sans problème. On dira, dès lors, que le cautionnement de licence est semblable à la licence d’un pilote, licence sans laquelle il ne pilotera jamais un avion.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »