La Technique Du Lasik

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le lasik est une technique médicale révolutionnaire permettant de faire une intervention chirurgicale des yeux, elle a été mise au point par un chirurgien colombien, José BARRAQUER. Il consiste à tailler une fine lamelle dans l’épaisseur de la partie transparente de la surface oculaire, la cornée. Cette opération permet de remodeler en profondeur la courbure cornéenne par le laser, le but principal étant de corriger les défauts de la vue tels que la myopie, la presbytie ou encore l’hypermétropie. Une fois que le patient atteint d’une de ces anomalies a subi cette opération chirurgicale, il peut se passer des systèmes correcteurs tels que les lunettes ou les lentilles de contact. C’est une solution alternative à la Kératectomie. La kératectomie est une opération chirurgicale photo réactive, mais elle ne nécessite pas une découpe de la cornée, elle repose plutôt sur la mise en œuvre d’un remodelage superficiel de la cornée grâce au laser excimère.

Le micro kératome est un instrument chirurgical mis au point par José BARRAQUER, il est capable de procéder à une découpe lamellaire et extrêmement fine de la surface cornéenne, le diamètre et la profondeur de la coupe étant ajustables. Toutes les techniques qui ont précédé le cette technique chirurgicale étaient différentes de par la méthode utilisée pour sculpter le stroma avant la venue du laser excimère. Les premiers travaux de José BARRAQUER, le Kératomileusis in situ furent décevants, en 1987, KRUMEICH et SWINGER proposèrent la technique Kératomileusis sans congélation. Après la découpe d’une fine lamelle de la surface cornéenne dont le diamètre devait être au moins de 9 millimètres, on maintenait la lamelle en question sur un moule dont la forme devait permettre d’adapter le degré de correction. Cette méthode soufrait d’une précision insuffisante. Plusieurs autres chirurgiens vont mettre au point des procédés à base de Kératomileusis, mais souffriront tous de défauts de précision. Ce n’est que dans les années 90, avec l’arrivée du laser que seront mises sur pied les bases du lasik moderne.

Le mot laser est en fait un sigle signifiant Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation. C’est un faisceau lumineux rayonnant cohérent par rapport au temps et à l’espace. Les lasers possèdent une quantité innombrable d’applications y compris en médecine. Il s’agit dans ce cas du laser excimère encore appelé laser exciplexe parce que son faisceau est généré par des exciplexes qui émettent dans le spectre ultra-violet.

Dans les années 60, José BARRAQUER a posé les bases théoriques du Kératomileusis dans le but de corriger la myopie, initiant ainsi la technique du lasik. Elle est pratiquée sous anesthésie locale. Il faut d’abord dans un premier temps découper une fine lamelle cornéenne de 90 à 180 micromètres. Ensuite, le laser va travailler sur une partie interne de la cornée, le stroma, sans toute fois abimer la membrane de Bowman et le transformer par photo ablation. Enfin, quand l’intervention au laser est terminée, le chirurgien remet le volet en place. Il convient de noter que la découpe du volet de la cornée qui se faisait grâce au micro kératome dans le passé, se fait aujourd’hui grâce au laser femto seconde. Ceci permet de réduire les risques liés au caractère mécanique du micro kératome.

Depuis plus de 20 ans, les lassis sont les procédés de référence pour les opérations chirurgicales visant à corriger la myopie, l’hypermétropie, la presbytie et l’astigmatisme. Il convient de noter que l’on rencontre parfois l’expression PresbyLasik. Il s’agit tout simplement d’une application désignant le traitement de la presbytie grâce au lasik. Le LASEK par contre est un procédé chirurgical hybride des yeux mêlant la photo kératectomie réfractive. Ici, l’épithélium est d’abord préparé avec un composé d’éthanol, ensuite la cornée est travaillée au laser excimère et enfin, l’épithélium est remis en place.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »